Ancien CFPM - Cyril GIET, beatmaker aka High Teig

Les prémices de ce projet viennent d'un constat : la scène rap locale n'est pas assez soudée, ni mise en avant. Maxence Vacher, vidéaste plus connu sous le nom d'Amax.mp4 et Cyril Giet, beatmaker aka High Teig, habitués à travailler ensemble depuis quelques années, ont donc décidé d'y remédier. Leur volonté : créer des rencontres parmi les différents acteurs de l'industrie du rap lyonnais et faire découvrir ces artistes au public. Maxence explique ainsi la démarche : « on n'a pas envie de se considérer comme média, même si on va créer du contenu qui peut s'apparenter à du journalisme. On veut juste être des créateurs, qui choisissent ce qu'ils font et avec qui. Le plus de Vision, c'est que nous en sommes à l'origine, on est super libres sur notre proposition artistique : on ne répond pas à la demande d'un client. »

Mazoo

Le premier volet, tout juste paru, est composé d'un documentaire et d'une mixtape. Pendant plus d'un an, Amax.mp4 et High Teig ont suivi une quinzaine d'artistes lyonnais dans leurs différentes étapes de création artistique et musicale : l'écriture, le choix de l'instrumental, les sessions studio ou encore la réalisation de leur clip. Parmi eux, on peut retrouver Mazoo, Ocho Punch, Asura, Egzagone... High Teig a produit toutes les tracks du documentaire et les instrumentaux de la mixtape, Amax.mp4 s'occupant des images et de tous les clips.

Maxence raconte comment l'idée du documentaire leur est venue : « à la base, on voulait juste faire une mixtape clipée par Cyril et moi, sans gros enjeux derrière, pour kiffer. Et avec le temps, ça a pris de l'importance, il y a eu le docu, des bonus ; on s'est dit que Vision, c'était plus que ce projet initial. On aimerait faire monter tous ces artistes, tout ce mouvement, par nous-mêmes — pas avec des gens qui s'y intéressent comme les gros médias mainstream, sans connaitre ou même essayer de connaître. »

Ultra underground

Comme l'expliquent les artistes présents dans le documentaire, « avoir la vision », c'est suivre ses envies et propager ses idées. S'écouter. Et surtout, créer ce que l'on veut, avec les moyens du bord. Ce que l'on relève souvent concernant le rap lyonnais, c'est qu'il est ultra underground, qu'il ne suit pas obligatoirement les chemins déjà tracés par les gros artistes avant eux. « L'idée, c'est de faire d'autres gros projets comme celui-ci, sur le long terme, et entre eux, de faire plein de petits contenus comme des interviews, des minis documentaires ou même des sessions acoustiques avec des musiciens. Mais ce n'est pas tout à fait défini encore... ». Le documentaire Vision est visible sur YouTube depuis avril et la mixtape (19 titres) sera disponible sur toutes les plateformes de streaming à partir du 30 octobre.


Sources

http://www.petit-bulletin.fr

https://www.qobuz.com/



Posts à l'affiche
Posts récents
Recherche par Tags
Archives